Apprentissage et plaisir- Pas qu’une question de « fun » mais surtout de plaisir au cœur de l’apprendre et du faire apprendre

Autour de quelques paradoxes et de leur possible dépassement

Un texte de Michel Neumayer, paru dans le
Site du Journal de alpha – Bruxelles

Lire l’article en intégral (PDF – 15 pages)
ja219_p026_neumayer

 

—-

Est-il possible en ce printemps 2020 d’écrire sur un sujet tel qu’« apprentissage et plaisir » comme si rien, à l’épreuve de la pandémie qui nous frappe, n’avait bousculé notre rapport aux autres, aux apprentissages, aux projets que nous avons pour nos vies, au plaisir donc, au bonheur peut-être.
Je me cantonnerai à quelques aspects parmi d’autres de cette question du plaisir qui, à mes yeux, est aussi celle de se saisir d’un objet de savoir et de l’emporter dans nos vies. Ce plaisir dans les apprentissages, nous l’avons, un jour ou l’autre, certainement

Lire la suite

L’écriture en atelier, une pratique inattendue et concrète de la démocratie ?

Ce texte est paru dans le Journal d’alpha à Bruxelles.

Connaître le site du Journal de l’alpha et d’autres textes des mêmes auteurs

Pour faire exister une notion telle que celle de démocratie, nous avançons que l’écriture en atelier ouvre bien des espaces, et plus particulièrement : un espace de réflexion sur la notion de vérité passant entre autres par la question des choix que l’on fait quand on écrit; un espace d’échange entre personnes dans lequel on découvre que les mots sont nos alliés mais aussi parfois des pièges ; un espace d’invention et de transmission où la ‘mise en fiction’ nous aide à mieux nous situer dans l’espace et le temps ; un espace tissé de normes, un cadre (l’atelier est un dispositif réglé) qui autorise un hors-cadre.

Lire la suite

« Théorie et pratique de l’écriture collective » – User de soi, usant de la langue

Intervention au Colloque

« Théorie et pratique de l’écriture collective »

12 et 13 Mai 1995 à Bruxelles

______________________________________________

 

« C’est dans ta langue que tu me parles,
c’est dans ma langue que je te réponds »
Edouard Glissant

 

 

« Ecrire, créer dans un collectif » pourrait n’être qu’un truc, un bon truc pour faire écrire plus facilement, pour lutter contre la peur et le sentiment de solitude que beaucoup ressentent devant la page blanche. Ecrire en collectif comme on fait de l’escalade en groupe ou de la poterie.

Or, à y réfléchir de plus près, cette expression anodine en apparence, nous confronte à des questions bien plus complexes dès qu’on veut entrer dans les détails et légitimer des pratiques précises comme l’écriture en atelier. Alors on Lire la suite

  Écriture solitaire ? Non, partagée !

Odette et Michel Neumayer
GFEN Provence

 

L’écriture serait-elle par nature un fait solitaire qui ne se partage pas ? Nous avons fini par admettre sans plus nous questionner la vision romantique de l’écriture, avec l’image de l’écrivain retiré dans son antre, tout entier tourné vers lui-même et son œuvre.

Certes, « Faire de l’écriture un bien partagé », est une expression[1] forte, reprise ici et là, en France et ailleurs. Elle a l’air d’aller de soi, mais elle demande à être travaillée. Nous désirons montrer qu’elle peut se vivre au cours de toutes sortes de situations. À partir de quatre exemples, nous tenterons de mettre en lumière ce qu’elle signifie pour nous.

Écrire à deux ? Le débat de normes

Nous signons souvent nos textes à quatre mains. … Lire la suite