Aux origine du site

 

La Maison universelle des Écrits fut d’abord une mallette que nous transportions sur les marchés de Provence. Elle était borgésienne. Comme un clin d’œil à tous les écrits que nous voulions collecter et réunir en un seul espace, une seule bibliothèque aux ramifications infinies. Un « tout-monde » . Clin d’œil à tous les livres que nous nous n’avions pas encore lus mais que déjà nous voulions garder par devers nous ; salut aux amis rencontrés, tous ici et là et ailleurs, obsédés d’écriture ; désir d’absolu.

À la faveur d’une rencontre avec des férus d’informatique, la malette se fit site internet, se prit à vouloir réunir des textes écrits dans l’atelier que nous animions ensemble. Les sites collaboratifs ne multipliaient. La question de la publication d’écrits d’ateliers, que ce soit en revue ou autre se posait de manière nouvelle. Tout semblait possible. Nous prîmes le virage numérique.

Aujourd’hui le projet s’approfondit. Il se ramifie. Le site collecte des réflexions sur l’écriture et la création écrite, des textes théoriques, des descriptifs de stages, une bibliothèque d’ouvrages de référence aux côtés des écrits d’ateliers initiaux.

Toute cette matière est baignée d’une pensée où création et culture de paix se croisent, où l’Éducation nouvelle et « Tous capables, tous chercheurs, tous créateur » irriguent la pensée et l’imaginaire social.

Ajouter de l’humain à l’humain, mettre au centre l’Histoire et les histoires,  donner consistance notre aspiration au travail de mémoire et de nécessaire oubli, à notre besoin de rêve, d’utopie, de poésie :  ce défi nous le portons ici à notre manière ! Il se veut ambitieux sur le fond, modeste et décélérateur dans les formes, têtue dans l’engagement.

Cette pensée a été portée et l’est encore par Odette et Michel Neumayer. Nous avons  été rejoints en cela par nombre d’ami.e.s. très chèr.e.s.

Qu’ils en soient toutes et tous très sincèrement remerciés.

 

M.N.